Nov 20

Une technique "de référence" pour opérer le pied à l'hôpital

Le pôle de chirurgie orthopédique du centre hospitaluer de Fougère propose depuis quelques mois une technique de pointe pour opérer les patients s'ouffrant de déformation osseuses du pied (hallux valgus). Une pathologie "souvent héréditaire" et qui survient généralement chez les femmes agées d'une vingtaine à une cinquantaine d'années.

L'arrivé l'an passé du Dr Julien Lopez dans le service coincide avec l'utilisation de cette technique réalisée en chirurgie "mini-invasive", "C'est la référence en France", glisse le Dr Lopez. Au lieu de  "grandes incisions", le chirurgien effectue des "petits trous" avant de partiquer une "osthèotomie percutanée" (section d'une partie de l'os d'un orteil) afin de corrger la déformation du pied sans ouvrir l'articulation. Une partie de l'intervention est aussicontrolée visuellement.

En ambulatoire

Utilisée depuis une dizaine d'années,cette méthode "a pris le pas" sur celle dite "traditionnelle". Ele a aussi permis sa pratique et son développement en ambulatoire à l'hôpital fougerais.

Le Dr Lopez y voit plusieurs avantages, "Cela diminue la douleur. Le patient vient le matin et sort le soir en marchant avec une chaussure thérapeutique pendant quinze jours. Par ailleurs, l 'intervention dure environ 30 minutes au lieu d'un heure".

Après six ans d'études en tronc commun de médecine à Marseille, Julien Lopez a mis le cap sur le CHU de Rennes, où il termine la dernière de ses cinq années d'internat. Depuis l'an passé, le chirurgien de 31 ans partage son emploi du temps entre Pontchaillou et Fougères, où il renforce le pôle de chirurgie orthopédique en tant qu'assistant des Dr Gouesbier, Daniellou et Kerdaron.

"Je finirai mon cursus en octobre", souligne ce natif du Vaucluse. Mais il est dejà prévu qu'un autre praticien de Pontchaillou prenne la relève après son départ.

Bien que spécialisé dans la medecine et la chirurgie du pied, le praticien traite d'autres pathologies orthopèdiques. "Sur deux semaines à Fougères, je reçois une cinquantaine de patients".