Logo Julien Lopez
Logo Julien Lopez

Métatarsalgies

Traitement orteil en griffe et solution de déformation de l’orteil avec Julien Lopez, chirurgien du pied et de l’orteil en griffe sur Monaco, près de Nice, Cannes et du 06.

Métatarsalgies

L'avant pied

Les pathologies du pied sont de loin dominées par les atteintes de l’avant pied.
La plus connue est la déformation du gros orteil encore appelée « oignon » ou « hallux valgus ». Cette affection est très fréquente. Elle touche la femme entre 20 et 40 ans.

Le gros orteil est devié vers l’extérieur, le pied n'est plus fonctionnel car le gros orteil ne joue plus son rôle de propulsion. Les conséquences sont multiples : problème de chaussage, douleur, difficulté a porter des talons, métatarsalgies, griffe d’orteil, rougeur ...

On retrouve d’autres pathologies moins fréquentes mais tout aussi gênante comme le syndrome de Morton, les griffes d’orteils isolées, le quitus varus, les fractures de fatigue, ongle incarné

Chaque situation étant unique, seule une consultation avec un chirurgien du pied permettra de faire le bon diagnostic et de vous proposer une solution thérapeutique adaptée.

Image carousel questionnement
Schéma métatarsalgie
Douleur sous le pied
Scanner du pied

Traitement des métatarsalgies dans le 06

Douleur sous l'avant du pied

On appelle métatarsalgie une douleur sous l’avant du pied. Ce terme vient de « algie » qui signifie douleur et de métatarse. Les métatarsiens sont les os longs qui partent du milieu du pied et qui vont s’articuler en avant avec les orteils.

En cas de déséquilibre de force au niveau de l'avant pied, les métatarsiens peuvent avoir à supporter des contraintes supérieures. C'est précisément cet excès de contrainte qui peut être douloureux : on parle de "métatarsalgies".

Les causes sont nombreuses et variées. Une consultation est nécessaire pour rechercher la cause du déséquilibre.

Le traitement aura pour objectif de soulager la douleur et de traiter la cause. Parfois, le traitement médical ne suffit pas et un traitement chirurgical est nécessaire.

Pourquoi ça arrive ?
Pourquoi ça arrive ?

Les douleurs sous l’avant du pied traduisent un excès de contrainte c’est-à-dire un excès de pression au niveau des têtes métatarsiennes. Rappelons que la longueur des métatarsiens diminue petit à petit jusqu’au 5 ème rayon. Lorsque l’on trace une ligne passant par l’extrémité de chaque métatarsien, on retrouve une courbe harmonieuse. De même, l’angle d’attaque de chaque métatarsien (angle entre le métatarsien et le sol) diminue du 1er au 5ème orteil. On comprend l’importance de la longueur, de l’angle d’attaque et de l’axe dans la genèse de la douleur.

Les causes de métatarsalgies sont nombreuses, en voici quelques exemples :

  • 1er rayon court : le 2ème rayon devra alors supporter plus de charge
  • Hallux valgus : le gros orteil ne jouant plus son rôle, le transfert de charge se fait vers les métatarsiens latéraux
  • Un métatarsien anormalement long ou court (cassure de la courbe harmonieuse sur la radio)
  • Fractures de contraintes ou de fatigue
  • Maladie de Frieberg
  • Raideur ou équin de cheville, rétractions du triceps, brièveté des muscles gastrocnémiens, séquelles de fractures (cal vicieux), anomalies de la plaque plantaire, pathologie inflammatoire (polyarthrite rhumatoïde), anomalies congénitales….
Comment ça évolue ?
Comment ça évolue ?

Les métatarsalgies ont tendance à s’aggraver dans le temps. Elles débutent souvent lors de la marche ou de la station de bout et disparaissent la nuit. Quelquefois, les articulations entre les métatarses et les orteils (articulation métatarso-phalangienne) souffrent, pouvant aller jusqu’à un déboitement (luxation).

L’évolution non maîtrisée des métatarsalgies peut aboutir à un véritable handicap quotidien et à une diminution de l’autonomie.

Les douleurs augmentent, les déformations articulaires se fixent, les durillons s’épaississent : les chaussures sont de moins en moins bien supportées.

Comment les reconnaitre ?
Comment les reconnaitre ?

Le symptôme principal est la douleur. Elle peut parfois se diriger en direction de la cheville. La peau peut s’épaissir sous les têtes métatarsiennes et former des durillons qui majorent les douleurs.

En plus de la douleur, des signes spécifiques de chaque cause peuvent être associés.

Comment le prendre en charge ?
Comment le prendre en charge ?

On commence toujours par un traitement médical. L’intervention se discutera dans un second temps, en cas d’échec.

Le traitement médical se concentre sur 2 axes :

  • diminuer les douleurs locales: semelles sur mesure pour mieux répartir les appuis, soins de pédicure pour enlever les durillons, kinésithérapie.
  • le traitement de la cause.

Métatarsalgies et chirurgie

Soigner les douleurs sous l'avant du pied près de Nice, Antibes, Cannes...

Le traitement des métatarsalgies commence toujours par un traitement médical. L’intervention se discutera dans un second temps, en cas d’échec.

Le traitement médical se concentre sur 2 axes :

  • En premier lieu, il faut prendre en charge la gêne fonctionnelle c'est-à-dire diminuer les douleurs locales (semelles sur mesure pour mieux répartir les appuis, soins de pédicure pour enlever les durillons, kinésithérapie pour assouplir)
  • Puis le traitement de la cause : excès de longueur des métatarsiens, hallux valgus, griffe d'orteil, syndrome de morton, fracture, maladie de frieberg ...
En pratique, comment se passe la chirurgie ?
En pratique, comment se passe la chirurgie ?

L’hospitalisation

L’intervention se réalise habituellement en ambulatoire c’est à dire une entrée et une sortie le même jour. Cependant, pour des raisons diverses, il est possible de prévoir 1 à 2 nuits d’hospitalisation.

L’anesthésie

Il existe différents types d’anesthésies :

  • loco-régionale : anesthésie de la jambe et du pied
  • rachi-anesthésie : anesthésie des 2 membres inférieurs
  • générale

L’intervention

Le traitement chirurgical dépendra de la cause de la métatarsalgie. Le but commun est de restituer la courbe harmonieuse, l’angle d’attaque ainsi que l’axe des métatarsiens. On associera si nécessaire des gestes articulaires, tendineux ou osseux. La chirurgie est réalisée par technique mini-invasive (incision de quelques centimètres) ou par technique per-cutanée (micro-incisions).

Chaque pied étant unique, les geste opératoires vous seront expliqués précisément en consultation.

Quelles sont les suites opératoires des métatarsalgies ?
Quelles sont les suites opératoires des métatarsalgies ?

L’appui est habituellement autorisé à condition de porter la chaussure prescrite en consultation. Cependant, le chirurgien peut différer l’appui de plusieurs semaines en fonction des gestes réalisés. Des soins de pansements doivent être réalisés à la maison sauf consignes contraires de votre chirurgien. Dans certains cas, une immobilisation est nécessaire.

Les complications
Les complications

La liste des complications suivantes n’est pas exhaustive mais les complications les plus fréquentes sont mentionnées.

Toute chirurgie expose à des complications à la fois communes et spécifiques au type d’intervention réalisée. Ce risque est variable d’un individu à l’autre en fonction de son âge, des co-morbidités (HTA, diabète, mauvais état cutané…) ainsi qu’en fonction de son mode de vie (tabac, alcool, pratique d’une activité sportive).

Certaines complications peuvent être prévenues par des mesures simples telles que :

  • le respect des consignes postopératoires.
  • l’arrêt du tabac.

Complications Communes

  • l’hématome est une complication peu fréquente, favorisé par certains traitements médicamenteux (anticoagulants). Certains médicaments à risque peuvent être arrêtés et relayés par l’anesthésiste. L’hématome nécessité rarement une reprise chirurgicale, il se résorbe le plus souvent avec de la glace et du repos.
  • les problèmes de cicatrisation sont exceptionnels grâce à l’utilisation d’une technique combinée mini-invasive et percutanée. Leur survenue est majorée par la tabac et le mauvais état cutané
  • l’œdème n’est pas une complication mais une réaction de l’organisme à l’agression que représente la chirurgie. Afin de diminuer son importance, il est utile d’effectuer son auto-rééducation en bougeant les orteils, de rester au repos pendant 15 jours et de surélever le pied le plus possible lorsque vous êtes au repos. Ne restez pas debout sans bouger, il faut marcher avec la chaussure spéciale.
  • la thrombophlébite est la formation d’un caillot dans une veine, le plus souvent au niveau de la jambe ou du pied. Sa prévention passe par l’administration d’un traitement anticoagulant pendant 10 jours.
  • l’algodystrophie ou « syndrome régional complexe douloureux » est une réaction exagérée de l’organisme à l’agression que représente la chirurgie. Les symptômes sont : rougeur, raideur, oedème et douleur. L’évolution se fait toujours vers la guérison sans séquelles mais l’évolution est longue (jusqu’à 18 mois). Certaines mesures simples minimisent ce risque :- ne pas laisser la douleur s’installer, prendre de manière systématique les antalgiques prescrits par votre chirurgien pendant les 48h postopératoires
    - prendre le traitement préopératoire (vitamine C)
    - en cas d’antécédent d’algosytrophie, un médicament vous sera prescrit avant l’intervention (lyrica)
  • l’infection peut survenir malgré les précautions (douche préopératoire, préparation aseptique chirurgicale). Elle doit être évoquée en cas de fièvre, de désunion de cicatrice, d’écoulement purulent ou de rougeur importante. Elle nécessite un avis chirurgical.
  • Complications de voisinage : c’est l’atteinte des structures situées à proximité de la zone opérée (nerf, tendon, os, vaisseaux).
  • la raideur : tout geste articulaire peut entrainer une raideur, c’est une limitation de l’amplitude articulaire.

Complications spécifiques

  • l'hypercorrection est un excès de correction : cette complication nécessite une reprise chirurgicale.
  • l’insuffisance de correction est la persistance d’une déviation après l’intervention.
  • la pseudarthrose est l’absence de consolidation des fractures. Cette complication est rare. Elle nécessite une reprise chirurgicale en cas de douleur.
  • la nécrose osseuse est la mort de l’os par atteinte de sa vascularisation.
  • le déplacement secondaire est le déplacement des fractures ou des vis pendant la période de consolidation osseuse. La protection de l’appui avec la chaussure postopératoire diminue ce risque. Il survient le plus souvent à la suite d’un traumatisme ou d’une réception brutale sur le pied opéré.
Sésamoïdite

À la recherche de soins pour vos affections qui touchent les os sésamoïdes près de Nice, Cannes, Antibes ou Cagnes-sur-mer ? Découvrez le traitement de Julien Lopez, chirurgien du pied et de la cheville sur Monaco, pour soigner vos douleurs sous l'avant du pied.