Logo Julien Lopez
Logo Julien Lopez

Rupture du tendon d’Achille

Le tendon d’Achille est le plus gros tendon du corps humain. Il transmet à l’os calcanéen (os du talon) les forces du muscle triceps (muscle du mollet) assurant ainsi la propulsion. Sa rupture traumatique est l’apanage du sujet sportif, elle intervient au cours d’une impulsion brutale.

Rupture du tendon d’Achille

Traumatologie du sport

Le Dr Julien Lopez est spécialisée dans la prise en charge des entorses graves et des entorses bénignes de la cheville sur la ville de Monaco.

En cas de blessure, il faut consulter en urgence. Le spécialiste vous recevra dans les plus brefs délais. Il est nécessaire de faire le diagnostique précis des lésions et de connaitre les différents faisceaux lésés. C'est la gravité de l'entorse qui va dicter la conduite à tenir.

Rupture du tendon d’Achille
Rupture du tendon d’Achille
Rupture du tendon d’Achille
Rupture du tendon d’Achille

Une douleur au tendon d'Achille près de Nice, Cannes ou Antibes ?

Le tendon d’Achille est le plus gros tendon du corps humain. Il transmet à l’os calcanéen (os du talon) les forces du muscle triceps (muscle du mollet) assurant ainsi la propulsion.

Sa rupture traumatique est l’apanage du sujet sportif, elle intervient au cours d’une impulsion brutale. Le patient ressenti une sensation de coup de couteau dans le mollet et la marche devient difficile.

Le diagnostique est clinique. Même si souvent réalisée en urgence, l’échographie n’est pas indispensable, elle permet de localiser la lésion.

Le traitement chirurgical est la règle chez le sujet sportif. L’intervention se pratique souvent par technique percutanée (TELOLIG®). Le but est d’obtenir la cicatrisation et de rétablir la longueur tendineuse, condition indispensable à la récupération fonctionnelle.

Dans 3 cas sur 4, la reprise sportive est possible au niveau antérieur. Les suites opératoires sont longues, et la récupération de la puissante musculaire longue (environ 1 an).

Comment et pourquoi ça arrive? Qu’est ce qu’on ressent ?
Comment et pourquoi ça arrive? Qu’est ce qu’on ressent ?

Dans la rupture aiguë du tendon d’Achille, la contraction brutale du muscle met en tension violente le tendon. C’est souvent lors d’une impulsion ou à la réception d’un saut.

C’est une blessure courante. Les symptômes sont une douleur vive au niveau du mollet, un oedème voir un hématome et une perte de force. Souvent, la marche est possible avec peu de douleur. En revanche, il est difficile voire impossible de se tenir sur la pointe des pieds. C’est une erreur de penser que la rupture du tendon d’Achille intervient sur une tendon pathologique. Dans 90 % des cas, le tendon est sain (absence de tendinopathies).

Attention, ne confondez pas avec un claquage! Dans 20 à 30 % des cas, ces lésions ne sont pas diagnostiquées en urgence. Toute douleur du mollet doit motiver une consultation.

Que faire en cas d’accident ? Quel traitement envisager ?
Que faire en cas d’accident ? Quel traitement envisager ?

Si vous suspectez une rupture du tendon d’Achille, arrêtez immédiatement toutes activités sportives, glacez et consultez le chirurgien en urgence (Secretariat : +377 99 99 11 64).

Lorsque le diagnostique est posé, 2 grands principes de traitement sont à discuter :

Le traitement orthopédique

Il consiste à obtenir la cicatrisation tendineuse en immobilisant la cheville. Le traitement dure 3 mois. La reprise de la marche sportive et du vélo intervient au 5ème mois.

Lors du premier mois, la cheville est bloquée à l’aide d’une résine ou d’une botte amovible. La cheville est en équin à 120°, position du pied vers le bas. Cette position permet aux extrémités tendineuses d’être en contact. L’appui n’est pas autorisé.

Lors du deuxième mois, on abandonne le système d’immobilisation et on autorise la reprise d'un appui complet sous couvert d'une chaussure avec talonnette de 4 cm de hauteur.

Pendant le 3ème mois, la hauteur de la talonnette est diminuée progressivement. L’objectif est de marcher à plat.

La complication principale de ce type de traitement est récidive de la rupture (jusqu’à 15% des cas) et la perte de force musculaire. On réserve ce traitement en cas de contre-indications à la chirurgie (tabac, problèmes cutanés) ou lorsque la demande fonctionnelle est faible (patient âgé, non sportif, travail sédentaire).

Le traitement chirurgical

La première technique classique dite à « ciel ouvert » consiste à réaliser une incision de 8 à 10 cm au niveau du bord interne du tendon pour réaliser une suture. La reprise de l’appui est autorisée à partir du 15 ème jour postopératoire sous couvert d’une talonnette à conserver 1 mois.

La deuxième technique est dite « percutanée » : la suture tendineuse est réalisée par voie mini-invasive.

Comment se passe l’opération? Quelles sont les suites opératoires?

Le Dr Julien Lopez utilise une technique « percutanée » nécessitant un matériel spécifique (TENOLIG®).

  • L’hospitalisation

L’intervention se réalise habituellement en ambulatoire c’est à dire une entrée et une sortie de la clinique le même jour.

  • L’anesthésie
    Il existe différents types d’anesthésies :
    - Loco-régionale : anesthésie de la jambe et du pied
    - Rachianesthésie : anesthésie des 2 membres inférieurs
    - Générale
  • L'intervention

Le patient est installé sur le ventre. Le rapprochement des extrémités du tendon est assuré par 2 fils de suture. Ce matériel est introduit en proximal par 2 petites incisions de 5 mm chacune. Ensuite le pied est positionné en extension, les fils sont mis en tension puis le montage est bloqué par 2 plombs appuyés sur 2 rondelles en plastique. Une injection de PRP peut être associée en fin d’intervention pour accélérer la cicatrisation. Le matériel est retiré sous anesthésie locale au 45 ème jour postopératoire.

Le chirurgien peut se trouver face à une situation imprévue imposant des actes différents de ceux qui étaient prévus initialement (comme une incision cutanée plus grande).

  • Les suites opératoires

Le protocole postopératoire est rigoureux, il doit être scrupuleusement respecté. L’appui n’est pas autorisé pendant 21 jours. Pendant ces 3 semaines, une immobilisation par botte amovible est mise en place, le pied en extension. On commence ensuite la reprise de l’appui avec une talonnette de 4 cm de haut. La hauteur de la talonnette est diminuée progressivement.

Pour limiter le gonflement du pied (oedème), il est recommandé de limiter ses déplacements les premiers jours, d’appliquer de la glace et de garder la jambe surélevée. Vous devez également bouger régulièrement les orteils.

Des soins de pansements sont indispensables. Ils sont réalisés tous les jours pendant 7 semaines puis tous les 2 jours pendant 7 semaines. Un traitement anti-coagulant est administré pendant 30 jours. Vous serez ensuite revu en consultation au 21 ème jour postopératoire pour contrôler le pansement et débuter la rééducation (un protocole vous sera remis).

A noter que les suites opératoires peuvent être modifiées et adaptées par le chirurgien en fonction du geste opératoire réalisé.

Comment ça évolue ?
Comment ça évolue ?

La suture percutanée du tendon d’Achille donne de bons résultats. Contrairement à certaines idées reçues, le risque de re-rupture après opération est faible si les consignes postopératoires sont respectées.

Concernant la reprise sportive, elle est débutée progressivement. Le vélo est repris à 4 mois, la course à pied à 5 mois et tous les sports sont autorisés à partir du 9 ème mois. Que ce soit en compétition ou en loisir, le sport est repris au même niveau dans 75 % des cas à 1 an. Concernant la force musculaire, elle est très longue à récupérer. Une étude montre 90 % de récupération à 9 mois (importance de la rééducation). L’arrêt de travail est de 90 jours en moyenne, il varie en fonction de votre activité professionnelle.

Sur le plan esthétique, les cicatrices sont discrètes. L’aspect du tendon sera plus volumineux qu’avant, en raison de la cicatrisation.