Tunnel tarsien

Le syndrome du tunnel tarsien est un syndrome canalaire caractérisé par la compression douloureuse du nerf tibial postérieur ou antérieur.

Définition du syndrome du tunnel tarsien

Le Dr Julien Lopez est spécialisé dans la prise en charge du syndrome du tunnel tarsien.

Le nerf tibial postérieur parcourt la partie postérieure du mollet, le talon, ainsi que la plante du pied. Il passe au travers d’un canal fibreux appelé le canal tarsien.

Les symptômes incluent des brûlures et des picotements qui surviennent généralement au cours de la marche ou en cas de port de chaussures inadaptées.

Le diagnostic repose principalement sur l’examen clinique du pied associé à des examens supplémentaires.

Selon l’avancée de cette pathologie de l’arrière-pied, l’injection de corticoïdes, le port d’orthèses ou une intervention chirurgicale pourront être nécessaires.

Comme toutes les pathologies, plus tôt le syndrome est pris en charge, plus les chances de récupération du nerf sont grandes. En cas de nerf trop endommagé, les dommages peuvent être irréversibles.

Symptômes du syndrome du tunnel tarsien antérieur

Le syndrome du tunnel tarsien antérieur se manifeste par l’apparition de différents symptômes :

La douleur siège généralement au niveau de la cheville et irradie vers les orteils. Elle s’aggrave lors de la marche et est soulagée au repos.

En cas de prise en charge tardive du syndrome, la douleur peut s’aggraver et survenir même au repos.

Les causes du syndrome du tunnel tarsien postérieur du pied

Le syndrome du tunnel tarsien du pied est souvent secondaire à une pathologie préexistante ou à un traumatisme du pied ou de la cheville.

La compression du nerf tibial postérieur au niveau du canal tarsien peut être due à :

Intervention du tunnel tarsien : le diagnostic

En amont de l’intervention du tunnel tarsien, un diagnostic précis doit être fait. Ce dernier repose sur un examen clinique du pied et de la cheville. Le Dr Julien Lopez recherchera l’apparition de douleurs spécifiques à la palpation. La percussion de la zone de compression du nerf va également provoquer des fourmillements (signe de Tinel) au niveau du talon, de la voûte plantaire et des orteils.

Des examens d’imageries médicales supplémentaires peuvent être prescrits pour confirmer le diagnostic :

Les traitements conservateurs : infiltration du tunnel tarsien, orthèses…

Il existe plusieurs traitements du syndrome du canal tarsien. Selon votre cas, le Dr Julien Lopez vous proposera différentes alternatives : injections du tunnel tarsien, orthèses ou chirurgie.

Le traitement non chirurgical est le traitement de première intention.

Traitement de la cause

La prise en charge du syndrome du canal tarsien commence tout d’abord par l’identification de la cause. Une fois la cause identifiée, un traitement spécifique pourra être mis en place.

Dans le cas où le syndrome est provoqué par une pathologie préexistante (polyarthrite rhumatoïde, goutte…), il convient de traiter cette maladie sur le long terme par la mise en place d’un traitement pluridisciplinaire.

Le patient doit également procéder à l’élimination des facteurs favorisants. Il faudra ainsi opter pour des semelles adaptées et éviter le port de talons hauts et de chaussures étroites.

Injections de corticoïdes

Les injections de corticoïdes ont pour principal objectif le soulagement des douleurs c’est l’injection d’un mélange de corticoïdes et d’anesthésiants au niveau de la zone douloureuse.

Il est également possible d’utiliser des anti-inflammatoires non stéroïdiens au début du traitement afin de soulager la totalité des symptômes.

Orthèses

Le port de semelles orthopédiques permet de corriger l’affaissement de la cheville ou du pied et donc de limiter les contraintes sur le canal tarsien.

L’opération du tunnel tarsien

En cas d’échec du traitement conservateur sur une durée supérieure à 6 mois, le Dr Julien Lopez discutera avec vous les modalités de l’opération du tunnel tarsien.

L’objectif de cette intervention chirurgicale est la suppression de la compression du nerf. Pour ce faire, le chirurgien sectionne un ligament situé dans le plan sous-cutané et qui est parfois hypertrophié.

Dans le cas du syndrome du tunnel tarsien, la chirurgie est généralement réalisée sous anesthésie locale ou rachidienne. Afin de réduire considérablement la douleur post-opératoire, celle-ci pourra être associée à une anesthésie locale des nerfs principaux du pied.

La chirurgie dure 60 minutes environ.

Convalescence et reprise d’activités après chirurgie du tunnel tarsien

Le Dr Julien Lopez vous expose les différentes étapes de la convalescence après la chirurgie du tunnel tarsien.

La marche se fait dès le premier jour post-opératoire à l’aide d’une canne pendant une durée de 2 semaines. Une fois ce délai passé, la charge totale est autorisée.

Une consultation de contrôle est réalisé à 3 semaines puis 8 semaines après l’opération.

Les activités sportives dites « douces » telles que la natation, le vélo et la marche peuvent reprendre à partir de la 4ème semaine post-opératoire.

Il faudra attendre plusieurs mois avant de reprendre des activités sportives plus intenses.

Complications possibles

Les rares complications de la chirurgie du tunnel tarsien sont les suivantes :